La vérité pour ma fille: Quand l'erreur médicale est étouffée par l'hôpital et la justice par Bernard Elhaik

La vérité pour ma fille: Quand l'erreur médicale est étouffée par l'hôpital et la justice

Titre de livre: La vérité pour ma fille: Quand l'erreur médicale est étouffée par l'hôpital et la justice

Éditeur: Michalon Editeur

Auteur: Bernard Elhaik


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Bernard Elhaik avec La vérité pour ma fille: Quand l'erreur médicale est étouffée par l'hôpital et la justice

Le vendredi 14 mars 2008 au soir, Carole, 35 ans, est prise de violents maux de tête. Une douleur décrite par les manuels de médecine comme "un coup de tonnerre dans un ciel serein". Une semaine plus tôt, elle donnait naissance à son quatrième enfant.
Admise aux urgences de l'hôpital Bichat à Paris, les céphalées s'intensifient et provoquent des vomissements. Après une IRM, le neurologue donne une autorisation de sortie. Elle sera rappelée deux jours plus tard. Le médecin soupçonne une "angiopathie cérébrale postérieure". Le temps de l'admission, Carole est terrassée par une hémorragie cérébrale d'une violence inouïe. Ellle sombre dans le coma.
Carole vit depuis plus de huit ans dans un état végétatif.

Que faire quand médecine et justice sont solidaires au mépris des faits ? Pour sa fille et pour tous ceux qui se heurtent à l'omerta hospitalière, Bernard Elhaik a choisi de se battre. Un témoignage édifiant, qui révèle comment l'hôpital public a honteusement couvert, jusqu'en justice, une faute médicale.

Livres connexes

Le vendredi 14 mars 2008 au soir, Carole, 35 ans, est prise de violents maux de tête. Une douleur décrite par les manuels de médecine comme "un coup de tonnerre dans un ciel serein". Une semaine plus tôt, elle donnait naissance à son quatrième enfant.
Admise aux urgences de l'hôpital Bichat à Paris, les céphalées s'intensifient et provoquent des vomissements. Après une IRM, le neurologue donne une autorisation de sortie. Elle sera rappelée deux jours plus tard. Le médecin soupçonne une "angiopathie cérébrale postérieure". Le temps de l'admission, Carole est terrassée par une hémorragie cérébrale d'une violence inouïe. Ellle sombre dans le coma.
Carole vit depuis plus de huit ans dans un état végétatif.

Que faire quand médecine et justice sont solidaires au mépris des faits ? Pour sa fille et pour tous ceux qui se heurtent à l'omerta hospitalière, Bernard Elhaik a choisi de se battre. Un témoignage édifiant, qui révèle comment l'hôpital public a honteusement couvert, jusqu'en justice, une faute médicale.Le vendredi 14 mars 2008 au soir, Carole, 35 ans, est prise de violents maux de tête. Une douleur décrite par les manuels de médecine comme "un coup de tonnerre dans un ciel serein". Une semaine plus tôt, elle donnait naissance à son quatrième enfant.
Admise aux urgences de l'hôpital Bichat à Paris, les céphalées s'intensifient et provoquent des vomissements. Après une IRM, le neurologue donne une autorisation de sortie. Elle sera rappelée deux jours plus tard. Le médecin soupçonne une "angiopathie cérébrale postérieure". Le temps de l'admission, Carole est terrassée par une hémorragie cérébrale d'une violence inouïe. Ellle sombre dans le coma.
Carole vit depuis plus de huit ans dans un état végétatif.

Que faire quand médecine et justice sont solidaires au mépris des faits ? Pour sa fille et pour tous ceux qui se heurtent à l'omerta hospitalière, Bernard Elhaik a choisi de se battre. Un témoignage édifiant, qui révèle comment l'hôpital public a honteusement couvert, jusqu'en justice, une faute médicale.