Cours sur la perception (1964-1965) par Gilbert Simondon

Cours sur la perception (1964-1965)

Titre de livre: Cours sur la perception (1964-1965)

Éditeur: PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE - PUF

ISBN: 2130625290

Auteur: Gilbert Simondon


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Cours sur la perception (1964-1965).pdf - 29,409 KB/Sec

Mirror [#1]: Cours sur la perception (1964-1965).pdf - 50,708 KB/Sec

Mirror [#2]: Cours sur la perception (1964-1965).pdf - 30,133 KB/Sec

Gilbert Simondon avec Cours sur la perception (1964-1965)

Dans l'Antiquité, la perception a joué un rôle majeur comme soubassement de la réflexion philosophique parce qu'elle était, avant le développement des sciences physiques et naturelles, le principal mode de connaissance du monde. Au contraire, après la découverte de la mécanique, l'époque classique a trouvé une source de savoir déductif et constructif indépendant de tout exercice préalable de la perception : le rationalisme cartésien peut étudier le fonctionnement supposé des organes des sens sans préoccupation logique ou normative [...] ; le rôle de la perception dans la problématique réflexive devient alors mineur, même au sein de l'empirisme ou du criticisme. Enfin, le positivisme et les progrès de la biologie redonnent aux problèmes perceptifs une importance primordiale, parce qu'ils découvrent dans la perception, humaine aussi bien qu'animale, une activité fonctionnelle, vivant rapport entre l'organisme et le milieu ; [...] la perception redevient ainsi, à l'époque moderne et contemporaine, un principe d'intelligibilité, non plus comme source de paradigmes logiques et critère de la connaissance vraie, mais comme point de départ d'une théorie des rapports entre l'organisme et le milieu.

Livres connexes

Dans l'Antiquité, la perception a joué un rôle majeur comme soubassement de la réflexion philosophique parce qu'elle était, avant le développement des sciences physiques et naturelles, le principal mode de connaissance du monde. Au contraire, après la découverte de la mécanique, l'époque classique a trouvé une source de savoir déductif et constructif indépendant de tout exercice préalable de la perception : le rationalisme cartésien peut étudier le fonctionnement supposé des organes des sens sans préoccupation logique ou normative [...] ; le rôle de la perception dans la problématique réflexive devient alors mineur, même au sein de l'empirisme ou du criticisme. Enfin, le positivisme et les progrès de la biologie redonnent aux problèmes perceptifs une importance primordiale, parce qu'ils découvrent dans la perception, humaine aussi bien qu'animale, une activité fonctionnelle, vivant rapport entre l'organisme et le milieu ; [...] la perception redevient ainsi, à l'époque moderne et contemporaine, un principe d'intelligibilité, non plus comme source de paradigmes logiques et critère de la connaissance vraie, mais comme point de départ d'une théorie des rapports entre l'organisme et le milieu.Dans l'Antiquité, la perception a joué un rôle majeur comme soubassement de la réflexion philosophique parce qu'elle était, avant le développement des sciences physiques et naturelles, le principal mode de connaissance du monde. Au contraire, après la découverte de la mécanique, l'époque classique a trouvé une source de savoir déductif et constructif indépendant de tout exercice préalable de la perception : le rationalisme cartésien peut étudier le fonctionnement supposé des organes des sens sans préoccupation logique ou normative [...] ; le rôle de la perception dans la problématique réflexive devient alors mineur, même au sein de l'empirisme ou du criticisme. Enfin, le positivisme et les progrès de la biologie redonnent aux problèmes perceptifs une importance primordiale, parce qu'ils découvrent dans la perception, humaine aussi bien qu'animale, une activité fonctionnelle, vivant rapport entre l'organisme et le milieu ; [...] la perception redevient ainsi, à l'époque moderne et contemporaine, un principe d'intelligibilité, non plus comme source de paradigmes logiques et critère de la connaissance vraie, mais comme point de départ d'une théorie des rapports entre l'organisme et le milieu.